L’art de faire du beau avec du vieux

Déchets Eco-gestes
Publié le 30 novembre 2016

A  Cambo,  l’association OH (Orratzetik Hari) a organisé une journée portes  ouvertes pour nous apprendre à recycler nos déchets .

oh-cambo-016Nous ne savons plus où mettre nos vieux objets et  continuons de consommer comme si nous avions une deuxième planète à notre disposition.  Il est temps d’arrêter de fabriquer du neuf à tout va, il faut réparer ou recycler l’existant ! C’est ce constat qui a réuni une poignée de personnes qui ont créé  l’association OH , initiales qui interpellent d’ Orratzetik Hari, signifiant De fil en aiguille. Qui sont-ils ? Ce sont à la base des couturières et  une spécialiste du tricot, un tapissier et un maroquinier se sont joints à elles. Leur spécificité est qu’ils utilisent uniquement du matériel de récupération, destiné aux poubelles et aux déchetteries. La municipalité de Cambo soutient cette initiative en leur louant à un prix très raisonnable une maison  au cœur de la ville, tout près de la poste.  Un lieu de rencontre artistique et convivial où quelques uns exercent leur activité sur place, alors que d’autres y exposent  juste leurs créations,  la  boutique  étant ouverte du mardi au samedi.

Le  27 novembre 2016, dans le cadre de la semaine européenne de réduction des déchets, l’association OH proposait  de venir apprendre des techniques de valorisation  des déchets. L’occasion de  rencontrer les artisans et de découvrir  leurs créations , toutes très originales,  à offrir ou à s’offrir, à des prix très modérés. Quelques exemples : des moufles et bonnets réalisés avec de vieux pulls, des coussins, des sacs  en tissu, cuir ou plastique de récup’, des cubes d’éveil et hochets pour bébés, des  vêtements customisés, etc. La customisation est l’art de donner une seconde vie à un objet en le transformant.  Ainsi pouvait-on  admirer  d’élégantes capes réalisées à partir de vieux manteaux,  des jupes et des robes chasubles très actuelles confectionnées à partir de  robes passées de mode, ou des T-shirts qui, par la magie de la customisation ont retrouvé une nouvelle jeunesse. Un peu plus loin, à la friperie, on pouvait dénicher pour à peine un ou deux euros une tenue, un sac, ou des articles de mercerie. Certaines personnes jouaient le jeu, ce jour-là, en y déposant des effets personnels.

La récupération est désormais une nécessité,  nous pouvons, nous devons  tous nous y mettre. Les membres d’OH nous montrent la voie, mais leur démarche se veut également pédagogique. Ils proposent durant toute l’année des cours de couture, tricot et tapisserie (restauration de vieux fauteuils).

Durant la visite, on pouvait  participer  à  des ateliers de bricolage  préparés pour l’occasion : se confectionner avec la machine à coudre un  sac avec un vieux  jean, fabriquer une jardinière avec des planches de palette, ou  pour les enfants  fabriquer un porte-monnaie avec un brick de lait.

L’accueil était sympathique et cela méritait le déplacement. Il est dommage qu’il n’y ait  pas eu davantage de monde.  L’association UDE soutient avec enthousiasme  le collectif OH car il véhicule des valeurs auxquelles nous sommes profondément attachés, nous invitons nos adhérents à leur rendre visite … parce-que nous n’avons qu’une planète !

Tous  renseignements sur : http://orratzetikhari.jimdo.com ou  06 59 03 25 28

 

Commentaires

Les commentaires sont fermés.